Claude Krul est originaire de Neuchâtel. Elle a étudié les langues à Florence, Bonn et Genève, puis exercé la profession d’interprète de conférence, notamment auprès des institutions européennes. Elle a enseigné la traduction à Tanger et été présidente du Centre Romand de PEN international.

Elle découvre la Syrie dans les années soixante et s’y installe pour quelques mois avec le projet d’apprendre et de pratiquer l’arabe. Pendant 35 ans elle passe chaque année plusieurs mois à Damas, dans la même famille (« sa famille d’adoption », disait-elle). Là, elle se lie d’amitié avec de nombreux écrivains au service desquels elle mettra ses talents de traductrice. Depuis que la révolution et la guerre ont rendu quasiment impossibles les séjours damascènes, elle s’entretient régulièrement par téléphone avec les auteurs qu’il est possible de joindre, comme Chawqî Baghdâdi ou Nazîh Abou Afach.

Claude Krul s’est éteinte le 10 avril 2018.

Publications :

Visages de Damas, Zoé, 1988

Sève et sable, Zoé, 1981 (recueil de nouvelles traduites)

Nazîh Abou Afach :

  • O temps étroit… ô vaste terre, poèmes, alidades, 2002
  • Par hasard vivants, poèmes, alidades, 2010
  • Laissez respirer la terre, poèmes, alidades, 2013
  • La vie attend tes rêves, poèmes, alidades 2016

Chawqî Baghdâdî :

  • Les amants s’envolent vers le levant, poèmes, alidades, 2001
  • Où suis-je maintenant ?, poèmes, alidades, 2012
  • On te demande comment va Damas, poèmes, alidades, 2017

Faraj Bayraqdar :

  • Je ne l’aime pas en deuil, poèmes, alidades, 2006

Nizâr Qabbânî :

  • Ma vie avec la poésie (extraits), suivi de Notes dans la chier de la défaite, prose et poème, alidades, 2015